Association Sportive Musulmane Oran

Larbi GASMI

LARBI GASMI (EX DEMI ASMO ANNEES 60 ET 70)

LARBI GASMI LE METRONOME  

 

Par Mohamed BENZAOUI

Né en 1943 à  ORAN celui qui fut affublé d’un bien sympathique sobriquet , aurait très bien pu ne pas jouer au football si par un curieux fait du hasard Hadj HADEFI n’avait pas insisté pour qu’il se consacre au jeu à onze pour lequel il lui trouvait plus de dispositions que l’athlétisme et le saut en hauteur qu’il pratiquait au stade du CALO. Il fit ses débuts au sein de l’équipe du quartier de la Place Laurence à Saint Antoine qu’il quittera pour rejoindre celle de Daouadji. Nous étions à la fin des années 50 et les clubs avaient cessé leurs activités pour les raisons que l’on connait. En 1962 il optera pour l’ASMOran qui allait être le seul club qu’il connaitra durant vingt ans, comme joueur d’abord puis come éducateur ensuite. Lorsqu’ il endossera la casaque verte une décennie le séparait de bon nombre de ses coéquipiers. Aux âmes bien nées la valeur n’attend point le nombre des années et malgré ses dix neuf ans il fit vite figure de briscard au milieu de ses partenaires, pourtant plus aguerris et rodés que lui. Excellent technicien élancé et bien bâti il se distinguait par sa silhouette nonchalante. Très flegmatique et calme il sera durant 15 ans de tous les bons et mauvais moments qu’aura connus l’équipe « asémiste ». Polyvalent, travailleur inlassable il a régné en maitre dans l’entre jeu en occupant le rôle de demi relayeur. Catalyseur remarquable ses balles étaient d’une précision mathématique. Il était à la manœuvre et même s’il passait inaperçu son absence, elle ne l’était pas, car son influence était fondamentale sur l’orientation du jeu. Son tir lourd et précis faisait partie de son potentiel et constituait souvent une arme fatale. Sa force principale résidait dans sa souplesse et son agilité. Normal me direz vous pour un ancien sauteur.

Comme tous les gens originaires du Sud Algérien qui savent faire preuve d’une gentillesse et d’une hospitalité propres à leurs traditions vis-à-vis de leurs visiteurs, Larbi GASMI m’a consacré une grande partie de sa journée pour m’entretenir sur sa longue et riche carrière de joueur et d’éducateur. Avec une patience infinie et une gestuelle qui lui est propre il a répondu à un grand nombre de mes questions, même les plus impertinentes. 
 

ON A TOURNE LE DOS A LA FORMATION

90 minutes : Larbi, l’ASMOran est le club où tu as fait toutes tes classes aussi bien comme jouer que comme entraineur ? Et c’est aussi plus de vingt ans de fidélité ?

Larbi GASMI : Oui effectivement mes débuts remontent à 1962 où j’ai intégré directement l’équipe fanion. J’avais à peine 19 ans et j’ai débuté aux côtés de REGUIEG, OUAHRANI, ZREGO, OULD ALI Larbi , BEDDIAR, OUIS, ZOUBIR, MOUDOUB, MEZIANE, BOUZIANE, MOUSSA, ZAITER, BEKHLOUFI etc.………… ensuite ce fut avec BOUHIZEB Mokhtar, GOMEZ , YOUCEF, HASNI , ABBES,MEDJAHED , HANACHE, ZINE , JOUINI,GHAOUTI,BELKAID, GUEMRI, HADDOU, BELKHIRA, BENMOKHTAR , AZZA , BELGOT Lahouari, SMAHI. Et j’ai raccroché les crampons en 1977 après avoir côtoyé trois générations de footballeurs si l’on veut. A l’avènement de la réforme on m’a confié l’école de football de l’ASCO passée sous la coupe de la SNIC. Avec Nourredine DALLA (Tamango) et HAMHAMI on a travaillé durant de nombreuses saisons en passant par les différentes catégories jusqu’à la prise en main des seniors en 1985.

90 minute :Justement Larbi je crois que nul n’est aussi bien placé que toi pour nous parler de la formation au sein de l’ASMO.

Larbi GASMI : A  l’ASCO on avait une direction administrative que dirigeait MIHOUBI qui ne lésinait sur aucun moyen pour investir dans la formation. Avec la réforme il fallait compter sur soi et on pouvait travailler sereinement .on avait un planning et on n’avait pas la hantise du lendemain. En ce qui nous concerne avec Habib YOUCEF président de la section jeunes et les autres éducateurs on travaillait dans la concertation et la cordialité. On prenait à cœur notre métier et on y mettait la passion qui nous animait. Les étés torrides on les passait sur les stades à prospecter à superviser des centaines de gamins. Si on devait dresser le bilan chiffré je peux dire sans aucune prétention aucune qu’il est positif. Quand tu vois les joueurs qui ont évolué au sein des différentes catégories des équipes nationales comment ne pas en retirer une profonde satisfaction ? Je suis vraiment fier d’avoir eu sous ma coupe les ARIF MEGUENI, CHALABI, HARMEL, BERKANE KRACHAI, MEBARKI ; BENZMIRLI, FADEL, HARRROUAT, BENSELLA, BOUKAR, GOUDJIL, BELKGATOUAT, OUDAD HAMILI, OMRANI…. La grande majorité d’entre eux a percé et ont fait parler d’eux plus tard. Et il y avait de la continuité car on passait d’une catégorie à une autre ensemble afin d’assurer u suivi régulier et permanant de leur progression. Un dizaine d’années plus tard quand je me suis occupé de l’équipe senior j’ai pu compter sur la plupart d’entre eux.

90 minutes :Malgré cela le palmarès de l’ASMO est resté désespérément vierge. C’est paradoxal ne crois tu pas ?

Larbi GASMI : Oui absolument car les données ont changé et tous les clubs ont changé d’orientation. Les clubs formateurs ont commencé à être victime du pillage systématique de ceux qui avaient plus de moyens et à force de pas les protéger on a fini par les décourager. Les écoles réputées et célèbres comme le RCGO le NAHD, le RCK, l’OMR végètent actuellement. Il n’y plus que le Paradou qui est un club pas comme les autres. Pourtant l’un n’aurait pas empêché l’autre : il suffit de citer en exemple le FC Barcelone qui tout en étant un club d’une grande puissance financière est en train de dominer le football mondial avec des joueurs sortis de ses rangs. Et les résultats ont été bénéfiques même sur la sélection espagnole qui est en tain de devenir l’une des plus fortes au monde. En Algérie la pate existe et il suffit simplement de trouver les moyens pour savoir en tirer profit. Il faut surtout s’armer de patience. Je n’ai rien contre les joueurs qui évoluent à l’étranger et qui sont avant tout des algériens et l’ont prouvé plus d’une fois. Mais on ne doit pas focaliser uniquement sur eux et en être tributaire car les données risquent de changer d’ici quelques temps. Et il ne faut pas partir d’un postulat selon lequel un professionnel est forcement mieux qu’un joueur du crû. Il suffit de le mettre dans des conditions maximales et surtout d’éduquer le joueur le dirigeant le formateur en les faisant changer de mentalité.

90 minutes :Tu as fait un long séjour dans les années 90 dans le sud du pays Larbi. Tu as vécu une bonne expérience ?

Larbi GASMI : Ah oui ! J’ai passé quand même treize années dont la majeure partie avec le SCMecheria. Je peux te dire que les talents ne manquent pas le bas. Ce sont malheureusement les moyens qui font défaut. Il faut rappeler pour mémoire que le SCM a accédé en division nationale deux et a été finaliste de la Coupe d’Algérie avec des juniors comme ADJEDIR, BEN HAMZA ,TAYEBI, ABBAD et a évolué avec des grosses cylindrées comme Mascara ,Tlemcen, Sétif ,Belcourt ,El Biar ,Médéa. Et je garde un bon souvenir des dirigeants de l’époque dont Monsieur SLIMANI. Et puis quand j’ai pris ma retraite professionnelle car j’étais employé de NAFTAL je suis revenu chez moi à Oran car j’avais une famille dont je devais m’occuper. J’ai drivé l’USMO durant une année et ensuite j’ai pris du recul avec le terrain.

LE FOTBALL EST DEVENU MOINS INSTINCTIF

90 minutes :A ce que je constate tu suis toujours de près l’actualité sportive et tu es en mesure de donner ton appréciation sur le niveau d’ensemble.

Larbi GASMI : Oui qu’elle soit nationale ou internationale je la suis de près et je ne rate rien du tout, même si je vais plus au stade. Le niveau est ce qu’il est et je ne vais pas ressasser et faire de la paraphrase en disant qu’il faut revenir à la formation revoir le mode de fonctionnement et le schéma d’organisation de notre football. Le constat est le même pour tous ceux de notre génération. On n’ a plus de joueurs de la trempe de SERIDI , LALMAS, HADEFI,MADJER, BELLOUMI, SALHI,FREHA, BENDIDA, BELKEDROUCI ,ABDI, BOUROUBA, MELAKSOU ,ATTOUI, DJEMAA ,TAHIR ,etc.….

90 minutes : tu fais le parallèle entre les différentes générations la ?

Larbi GASMI : Oui. De notre temps le jeu était plus technique et plus académique. L’improvisation existait chez chacun et n’importe qui pouvait débloquer la situation sur un exploit. Actuellement on travaille beaucoup plus le physique. Il y a beaucoup moins de joueurs d’instinct.

90 minutes : Il doit bien y avoir des personnes qui t’auront marqué durant ta carrière ?

Larbi GASMI : Il y a des humains que l’on n’oublie pas aussi facilement que cela. Ceux qui laissent une empreinte une trace de leur passage dans des clubs. Qu’il s’agisse de joueurs de dirigeants ou d’entraineurs. Je ne peux oublier Hadj HADEFI qui a guidé mes premiers pas dans la discipline, Habib DRAOUA qui fut mon entraineur. Et il y a ces dirigeants KACEM Hamida, CHOUIDLA, Habib et Tayeb BENYEBKA, BATAT, BOUSSETTA, MADOUI Hadj, HAFSI, BOUDJEMAA, ABDELLALI, Mustapha HABIRI…… Il faut rendre justice également a mes anciens coéquipiers qui m’ont soutenu et encouragé comme BEDDIAR, OUIS, ZAITER, BEKHLOUFI, MOUDOUB, REGUIEG (Pons)…

90 minutes : tu as maintenant 67 ans et tu sembles couler des jours tranquilles. Comment meubles-tu ton temps ?

Larbi GASMI : Pour entretenir la forme je joue avec les anciens comme TASFAOUT et HASNI. Ca nous permet de nous retrouver et je suis devenu un adepte du net. Je surfe beaucoup sur les sites consacrés au football. C’est une ouverture sur le monde. Et beaucoup d’anciens viennent souvent chez moi au café pour discuter et nous remémorer le bon vieux temps. Ca fait plaisir de revoir des visages familiers de recevoir ceux dont j’ai connu un parent. Ne t’en fais pas ! Chez moi il n’y pas de place à l’ennui ou au désœuvrement. Il suffit d’avoir des ressources morales et de gérer son espace temps.

90 minutes : ca a été un moment très agréable en ta compagnie Larbi et je te remercie beaucoup.

Larbi GASMI : Merci à toi plutôt de ta visite. 



30/05/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 59 autres membres